• A vous les jeunes : filles et garçons Des réalités qui vous concernent en premier lieu (Deuxième partie)

    1. Dans le monde de la santé

    Grossesses des moins de 18 ans en 2015

    829 papas ont transmis la vie et leur hérédité à 829 mamans de moins de 18 ans

    • 28 mamans de moins de 15 ans
    • 99 mamans de 15 ans
    • 117 mamans de 16 ans
    • 214 mamans de 17 ans
    • 271 mamans de 18 ans

    Il y a eu, en 2015, un total de 829 grossesses chez des mamans de moins de 18 ans, l’âge légal du mariage dans notre République.

    Les papas qui ont mis enceintes les mamans de moins de 16 ans sont coupables devant la loi et ont à faire face à des poursuites judiciaires à moins que l’enfant ne soit déclaré de père inconnu.

    Sida

    1987 : 1er cas détecté a Maurice

    Enregistrés auprès du ministère de la Santé en 2016 :

    • 4 895 hommes
    • 1501 femmes
    • 48 enfants

    2900 suivent un traitement aux antirétroviraux.

    Modes de transmission:

    24,3% par relation hétérosexuelle

    37,4% par injection intraveineuse chez toxicomanes

    0,9 % de la mère à l’enfant.

    La proportion de femmes parmi les nouveaux cas en 2015 était de 41% comparée à 12% en 2005.

    Parmi les 107 nouveaux cas de sida détectés en 2015 parmi les femmes, 68% des cas étaient dus aux relations sexuelles et 19% à l’injection de drogues.

    Nouveaux cas de sida en 2015 selon le sexe et l’âge

    Sida

    Hommes

    Femmes

    Nombre de cas

    155

    107

    % par relations sexuelles

    41

    68

    % par injection intraveineuse de drogue

    46

    19

     

     

     

    34,6% des femmes ayant contacté le sida se trouvent dans le groupe d’âge de 20-29 ans, alors que 30,3% des hommes étaient dans le groupe d’âge des 30-39 ans

     

    Syphilis

    Nombre de cas confirmés en laboratoire

    Année

    2010

    2011

    2012

    2013

    2014

    2015

    Cas

    132

    425

    457

    465

    866

    686

    Le Défi Plus –du 10-16 novembre 2016

    La syphilis est une maladie sexuellement transmissible (MST) dont les séquelles sont des ulcères sur les parties génitales et anogénitales après la période d’incubation de neuf à 90 jours. Les conséquences sont non seulement visibles mais peuvent être graves chez la femme enceinte résultant en  fausse couche, accouchement prématuré ou bébé mort-né. Au-delà du nombre de cas en légère régression de 2014 à 2015, les statistiques du National Health Report révèlent que c’est dans la tranche d’âge des 10-19 ans que le nombre de cas de syphilis est passé de 7 en 2014 à 17 en 2015. Dans la tranche d’âge des 20-29 ans, le nombre de cas est passé de 27 à 44. Les jeunes se retrouvent donc de plus en plus touchés par cette maladie lourde de conséquences pour les malades et pour leur partenaire, que ce soit dans et hors mariage.

    Drogue

    Valeur totale de drogues saisie en 2015 : 246 millions de roupies

    3468 cas de drogue ont été rapportés à la police pour tous types de drogues

    2 289 (66%) cas étaient liés au trafic et à la consommation de cannabis

    1er Rapport Observatoire national des drogues aout 2016

    Dans les établissements publics de santé de janvier- juin 2016

    admissions soupçonnées liées aux drogues synthétiques

     

    Age

    Hommes

    Femmes

    Total

    Moins de 15 ans

    3

    1

    4

    15-19

    65

    7

    72

    20-29ans

    70

    1

    71

    30-39 ans

    27

    1

    28

    40ans +

    13

    1

    14

    Total

    178

    11

    189

    De nombreux usagers de drogue ne vont pas vers les établissements publics à cause de la stigmatisation


    Monique Dinan

    A suivre : 8. Les hommes au hit-parade des problèmes de société

     

     

     

     

    1. Les hommes au hit-parade des problèmes de société

    Il y a 98 hommes pour chaque 100 femmes à Maurice, toutefois les hommes constituent la section de la population de mauricienne  qui fait face au plus grand nombre de problèmes et de violence. Des problèmes dont ils sont, dans certains cas, des victimes et, dans d’autres cas, des agresseurs.

    Des problèmes qui nécessitent dix prisons pour les hommes (dont 1 pour les adolescents et un pour les hommes à Rodrigues) et 1 prison pour les femmes.

    Voici quelques chiffres qui témoignent de cette plus grande fragilité du monde masculin.

    Chez les adolescents

    Commençons avec les jeunes de 12 à 17 ans.

    En 2014, en ce qu’il s’agit des 1001 contraventions des moins de 18 ans, 992 ciblaient les garçons alors que seulement 9 filles en ont récoltées. 

    Il y a eu les 608 cas d’indiscipline et d’agressions commis par les garçons alors que les filles ont été coupables dans 78 cas.

    Le rapport de 2015 précise en page 34 “As for the past years, the rate of juvenile delinquency for boys (10.3) was much higher than for girls (1.8).”

    Prisonniers

    Sur un total de 2 128 prisonniers en 2015, il y avait 1986 hommes, ainsi que 24 adolescents de moins de 18 ans  et 118 femmes.

    Pour chacun des 100 nouveaux prisonniers admis en 2015, 93 étaient des hommes adultes, 6 femmes adultes et le dernier 1% des garçons de moins de 18 ans.

    Malades mentaux

    A Brown Sequard à Beau-Bassin, hôpital psychiatrique des malades mentaux, il y a 3 287 hommes et 1 539 femmes. 40% des admissions à Brown Sequard sont des cas extrêmes associés à une trop grande consommation d’alcool.

    Drogue

    Les journaux de 2016 font constamment état des ravages causés par la drogue. De janvier à juin 2016, il y a eu 178 hommes et 11 femmes admis dans les établissements publics de santé pour des problèmes majeurs associés aux drogues synthétiques introduites dans le pays depuis 2013. En 2015, il y a eu 46 interpellations de jeunes dans les écoles  et de janvier à juillet 2016, il y avait eu déjà 25 interpellations.

    Suicide

    Le risque suicidaire est plus élevé parmi les jeunes.

    Une autre réalité est le fait que les hommes sont plus nombreux à le commettre.

    Des 104 suicides commis en 2015,78 étaient des hommes, dont 67 par pendaison et 26 des femmes, dont 2 par pendaison.

    Comment sortir de l’impasse ?

    Prendre conscience que les hommes font face à plus de problèmes de société que les femmes constitue déjà une piste de travail. Aux jeunes de s’interroger à ce sujet pour décider eux-mêmes de la qualité de société  qu’ils veulent construire dans les années 2030, alors qu’ils seront en train d’écrire l’histoire sociale, économique et politique de notre pays.

    Quelles sont les failles de la vie en famille qui fragilisent les hommes ?

    • Quelle présence de papa pour dialoguer et encadrer en évitant les « non » qui restent sans explications, les gestes brusques et les coups ?
    • Quelle image de leur maman qui a tellement marqué les premières années de leur enfance retiennent-ils alors que leur amour d’enfant pour maman remplissait leur cœur d’attentes et d’espoirs ? Quelle a été la qualité de la présence des mamans ? Souvent énervées et fatiguées, rapides aux reproches et rares à l’écoute ?  ou… des Mamans Soleils positives voulant faire grandir leur enfant dans la confiance, selon leur potentiel à eux, beaucoup plus que selon ce qu’elles voudraient qu’ils deviennent.
    • Que fait l’État mauricien pour soutenir les mamans qui travaillent: horaires flexibles, allocations pour leur permettre de trouver du temps pour s’occuper de leurs enfants ?
    • Quelle ambiance familiale créée par le couple de parents pour encourager, apprendre le discernement et faire comprendre pourquoi certains «non » s’imposent ?

    L’adolescence n’est pas de tout repos pour le jeune, comme pour ses parents, d’où l’importance d’avoir ensemble des temps de dialogue et une présence de qualité.

    Que vivent nos jeunes pendant leur adolescence : âge critique où ils veulent tout essayer et tout réussir en cachant les complexes qu’ils peuvent ressentir ?

    Qu’attendent les filles des garçons qu’elles rencontrent ? De bonnes amitiés franches et joyeuses ? …  Un copain privilégié pour vivre certaines sensations fortes ?… Un amoureux avec on peut se faire voir ? …

    Certains amis/amies de l’adolescence peuvent avoir des influences néfastes.

    Grandir. Oui….

    Les années passent mais que faisons-nous suffisamment pour apprendre à nos  jeunes à se construire humainement ? Ce sont eux les couples et les parents qui construiront l’île Maurice de demain.

    Quelle éducation sexuelle positive, commencée dès leur jeune âge, pour connaitre leur corps, comprendre leurs pulsions et apprendre à leur cœur de savoir attendre pour aimer dans la durée ?

    • Comprendre que l’amour doit savoir attendre au lieu de vouloir posséder tout de suite.
    • Vouloir réduire le mal-être des hommes dans notre société grâce à des femmes - mamans, amies d’adolescence, épouse - qui travaillent leur qualité de cœur pour comprendre et accepter l’autre dans ses différences.
    • S’aimer en couple avec un corps et un cœur prêts à trouver ensemble des terrains communs de plaisir, d’entente, et de bonheur. Accepter l’autre dans ses différences, sans vouloir la fusion.
    • Des hommes et des femmes qui veulent aussi faire de la place à un Dieu Amour qui ne demande qu’à être présent pour mieux accompagner, réunir et épanouir toutes les facettes du quotidien: le monotone et l’exceptionnel ; les joies et les croix ; les arrivées et les départs..

    A chacun - homme et femme - une seule vie.

    Nous voulons tous la réussir.

    Posons, au jour  le jour, les jalons qui permettent aux hommes, comme aux femmes, d’avancer au lieu de buter sur des blocages qui meurtrissent, salissent et blessent la vie en société.

     

     

    Monique Dinan

    A suivre : 9. Quel avenir nos jeunes vont-ils léguer à notre pays face au vieillissement de la population ?


     

    1. Quel avenir nos jeunes vont-ils léguer à notre pays

    face au vieillissement de la population ?

    Il y a quelque 500 naissances de moins tous les ans dans la République de Maurice.

    22 600 naissances en 1990

    20 000 en 2000.

    15 006 en 2010.

    13 415 en 2014

    12 738 en 2015.

    52 % de césariennes

    Les accouchements ne se passent pas toujours dans les meilleures conditions. La norme mondiale acceptable de césariennes est de 15%. La note négative pour notre pays est la montée continue dans le nombre de césariennes se répartissant ainsi :

    6138 césariennes sur  12 738 naissances en 2015

    4 125 césariennes soit 42,4% dans les hôpitaux publics

     

    1 795 césariennes, soit 54,4% dans les  cliniques

     

      218 césariennes, soit 31,8 % à Rodrigues.

     

    6138 césariennes dans la République de Maurice

     

    Les césariennes restent essentielles dans certains cas graves, mais se révèlent aussi, il faut l’admettre, tellement plus rapides pour ceux qui les pratiquent et qui n’ont pas à attendre les longues périodes imprévisibles du « travail » afin que le col soit largement ouvert pour permettre l’expulsion de bébé. Le rapport note en effet: “The percentage of deliveries by caesarian section occurring in government hospitals increased from 26.8% in 2000 to 42.4% in 2013.”

    Trop de décès de bébés

    Il y a de plus les décès de bébés, mort-nés ou dans leur première année de vie, ce qui est élevé pour notre pays ayant un taux de développement relativement avancé.

    Décès en hausse des bébés dans l’Ile Maurice

     

     

    Mort-nés

    Décès en 1ère année

    2013

    117

    165

    2014

    138

    194

    2015

    125

    173

    Maurice est le seul pays du continent africain à ne pas atteindre le seuil de renouvellement de 2,1 enfants par femme. Trois enfants, c’est déjà l’exception, surtout dans les familles de la classe aisée, alors que celles qui sont pauvres ont tendance à avoir un trop grand nombre d’enfants.

    La famille de deux enfants est devenue la norme : hésitation pour accueillir un troisième à cause des couts que cela entraine et un avenir incertain. Le taux de fécondité est en baisse continuelle. Serons-nous obligés d’adopter la même stratégie que la Pologne qui, en 2015, a décidé de donner une allocation de parentalité pour le deuxième enfant afin de rajeunir sa population?

     

     

     

     

     

    Taux de naissance/mortalités pour différents pays

    (sur mille)

    Pays

    Année

    Taux brut de naissances

    Taux brut de mortalité

    Taux de mortalités infantiles

    Maurice

    2015

    10,1

    7,7

    13,6

    Réunion

    2010

    17,1

    5,1

    6,1

    Australie

    2013

    13,3

    6,4

    3,6

    Canada

    2014

    10,9

    7,5

    5,1

    Inde

    2013

    21,4

    7,0

    40,0

    Allemagne

    2014

    8,9

    10,8

    3,2

    France

    2015

    11,8

    9,1

    3,3

    Source : United Nations Population & Vital Statistics Report Vol LXV111

    Table p. 7 Population and Vital Statistics January-June 2016

    Le tableau révèle que le taux brut de naissances à Maurice est seulement de 10,1%, moins fort que le Canada  avec 10.9%, alors que la Réunion atteint 17,1%, l’Australie 13,3% et la France 11.8 %.

    Quelle politique familiale pour relever le défi de la natalité ?

    Avec un taux de natalité de seulement 10,1 pour mille en 2016, nous tombons parmi les pays avec de forts taux de dénatalité. Où seront les jeunes de demain pour prendre la relève ?, Il faut surtout promouvoir la natalité dans des familles stables et capables de bien encadrer leurs enfants.

    Plus de 1 000 naissances chez les moins de 18 ans : les grossesses précoces chez les plus jeunes restent une réalité qui nécessite une vraie campagne d’éducation. D’où l’importance d’un encadrement positif des adolescents pour qu’ils comprennent que les grossesses précoces sont synonymes de beaucoup de problèmes et que l’amour vrai doit savoir et pouvoir attendre.

    Un nombre élevé de grossesses précoces et un nombre plus élevé d’enfants dans des familles appauvries psychologiquement et économiquement viendront fragiliser encore plus le climat social.

    Veillons aussi à ne pas nous enfermer dans une mentalité essentiellement contraceptive. N’avons-nous pas autour de nous le témoignage de familles ayant accueilli avec courage et de façon positive la venue d’un enfant non programmé -  et qui s’en réjouissent tellement finalement ?

    Aujourd’hui on met trop d’accent sur l’avoir. Avec la tendance moderne du « toujours plus et encore plus », il faudra toutefois savoir dissocier l’essentiel du superflu.

    Pour encourager les familles à avoir plus d’enfants, il faut promouvoir une image positive de la famille. Point de recettes toutes faites pour que le bonheur tellement souhaité soit au rendez-vous dans chaque famille.

    • On se met en couple jeune… mais on se marie plus tard… En 1990 la moyenne d’âge du mariage était de 24 ans. En 2015 elle est passée à 28 ans pour la femme et de 30 ans pour l’homme.
    • Le nombre de divorces - qui blessent les enfants encore plus que les parents - a augmenté de 1584 cas en 2013 à 2 262 cas en 2014, ce qui représente 678 cas de plus en une seule année…

    Notre République a plus que jamais besoin

    • de jeunes responsables ayant vécu leur adolescence de façon positive
    • capables d’amour vrai où le bonheur et la passion d’aimer se prolongent au fil des ans.
    • de citoyens actifs et responsables dans tous les domaines de la vie publique.

    Chers jeunes nous avons besoin de vous : êtes-vous prêts à relever ces défis pour vivre heureux ? Pour que nous soyons parmi les pays où il fait bon vivre à cause d’un civisme construit sur la solidarité, le travail bien fait et la volonté d’assumer ses responsabilités.

    Monique Dinan

    1. A suivre : Connaitre le passé de notre pays pour continuer à lui écrire une histoire positive.

     

     

    1. Connaitre le passé de notre pays

    Pour continuer à lui écrire une histoire positive.

    Notre pays, riche de son histoire et de sa diversité culturelle, doit continuer à tracer son chemin parmi les nations. Dans le rapport 2016/17 du Forum Économique Mondial (WEF), notre République de Maurice, notée 45ème au niveau mondial, conserve sa première place au niveau de l’Afrique.  Un parcours dont le mérite revient à tous ceux qui ont trimé, au fil de trois siècles, à tous les échelons – travailleurs, employeurs, dirigeants politiques, acteurs de la société civile - pour nous confier le pays tel que nous le connaissons aujourd’hui. Qu’est-ce-que vous, les jeunes, vous en ferez dans les prochaines décennies ?

    Retraçons brièvement quelques domaines où  notre pays, malgré sa petitesse, a réussi à être pionnier dans l’hémisphère Sud et a enrichi d’autres pays. Voici quelques dates repères qui balisent les progrès de l’Ile Maurice.

    En 1810, quand l’Isle de France est devenue Mauritius, notre petite colonie britannique n’héberge que 75 000 personnes. Ce nombre est comparable à celui  de la plus petite ville du pays, Quatre-Bornes, soit 71 633 personnes, en 2011 ou à celui de tout le district de Rivière-Noire, soit 76 605 habitants, toujours  en 2011. Quel long chemin pour parvenir au 1,2 millions que nous sommes actuellement.

    Nous avons pourtant eu en 1767, grâce à Pierre Saunoir, ingénieur machiniste, la première imprimerie de l’hémisphère Sud  qui a réussi à publier dès 1773 la  gazette hebdomadaire -Annonces, Affiches et Avis divers pour les colonies des Isles de France et de Bourbon fondée par Nicolas Lambert (1741-1806) et dirigée par lui jusqu’en 1793. Dès 1772, Nicolas Lambert avait aussi ouvert le premier bureau de poste pour organiser le ramassage et l’expédition du courrier à l’étranger. La tradition d’un journalisme percutant est lancée avec la parution dès 1832 du journal Le Cernéen, suivie en1843 par La Sentinelle de Maurice.

    En 1789, Port-Louis est promu au rang de chef­-lieu des établissements français à l’Est du Cap de Bonne-Espérance. L’Isle de France porte le titre de l’Étoile et la Clé de Mer des Indes. Pierre Poivre fait de l’Isle de France le rendez-vous des explorateurs, astronomes et scientifiques. C’est ainsi que notre pays se retrouve baignant dans tout un climat intellectuel.

    Le pays se retrouve aussi avec des responsabilités accrues sur le plan religieux et culturel car une grande partie du trafic maritime dans le sud de la planète  transite par  Mauritius avant que le canal de Suez ne soit ouvert. En 1818, est créé le vaste Vicariat apostolique catholique, comprenant Le Cap de Bonne-Espérance, Madagascar, les Seychelles, l’Australie, la Tasmanie et la Nouvelle-Zélande, les nouvelles terres de développement et de colonisation. Le siège de ce Vicariat se trouve à Maurice.

    Depuis 1805 : « L’Al Aqsa Masjid » à la Plaine Verte est la plus vieille mosquée de l’hémisphère Sud et la première mosquée de la communauté musulmane à Maurice.

    En 1908, Le Centre Culturel Chinois- CCC -  est le premier centre culturel établi à l’étranger par le gouvernement chinois.

    Il y a des innovations sur le plan sportif. Le Mauritius Turf Club, fondé en 1812 avec les premières courses organisées au Champ de Mars, est le plus ancien Club hippique au monde après Le Jockey Club anglais.  Le Gymkhana qui sépare Vacoas et Phoenix est devenu en 1844  le premier parcours de golf dans l’Hémisphère Sud et a abrité le premier tournoi de golf disputé dans le pays en 1847.

    L’Alliance Française est le premier centre de ce nom à se développer à Maurice en dehors de la France.

    Citons encore quelques autres domaines où notre pays, appelé  par Joseph Conrad en 1912 Ile Maurice, la perle sucrée de l’Océan Indien, a été à l’avant-garde dans l’hémisphère Sud.

    • En 1927, à l’initiative de Charles Jollivet, Radio Maurice se fait entendre pour la première fois avec une émission quotidienne d’une heure. C’est en 1944  que la MBS - Mauritius Broadcasting Service -  voit le jour pour être rebaptisée en 1964 MBC- Mauritius BroadcastingCorporation.
    • 1934 : La roupie mauricienne est rattachée à la livre sterling.
    • 1938 : Le syndicalisme prend naissance à Maurice.
    • C’est en 1933 que deux Français, Lemerle et Samat, assurent le premier trajet Réunion-Maurice. En 1943, Plaisance accueille un premier avion militaire et une aérogare modeste est aménagée en 1945.
    • La création de l’Université de Maurice en 1965 est un autre fleuron à ajouter à la liste des réalisations de notre pays.

     

    Depuis 1968, Mauritius est devenu un  pays démocratique indépendant respectueux de la liberté d’expression et de religion avec un gouvernement élu tous les cinq ans favorisant la libre entreprise et l’investissement étranger. La passation au statut de République de 1992 s’est faite dans un consensus général.

    Longue est la liste des tribuns mauriciens qui ont eu vraiment à cœur de trouver le temps de servir le pays sans chercher de prime abord leurs intérêts personnels.

    Notre pays a su se tracer un nom et une réputation, malgré les remous politiques internes qui donnent matière à tant de commentaires aux journalistes et aux politiciens.

    Maurice conserve sa première place à l’échelle africaine et la 15e place au plan global dans l’indice de liberté économique en 2016.

    Au niveau du tourisme, Maurice est élue en 2016 « Meilleure destination touristique étrangère sur les réseaux sociaux en France. »

    Il vous revient à vous, les jeunes de notre République,  de continuer à lui écrire une histoire positive et pourquoi pas, certains d’entre vous, à vous retrouver en tête de liste sur le podium international.

    Les années de l’adolescence sont cruciales. De s’enliser dans la drogue et le fun enlisera aussi notre pays. Sachons vouloir du positif.

    Nous devons encore être cités en exemple et garder haut les couleurs d’espérance et de joie de vivre de notre quadricolore.

    02/02/2017 Monique DINAN