• Bienvenue à la Campagne de GEM - Dans notre République qui a un urgent besoin de bébés

    L’association Groupe Enfants et Mères - GEM – a lancé mercredi dernier une campagne de première importance avec son programme «  Nourrir la vie. Lasantedeminkoumanszordi ». Saluons cette initiative de ces professionnels de la santé - pédiatres, gynécologues - qui ont pris le temps et les moyens de travailler une campagne nationale afin de freiner l’augmentation des maladies chroniques non transmissibles - (diabète, obésité, maladies cardio-vasculaires) - en s’adressant aux futurs parents pour leur faireprendre conscience de l’importance des 1000 premiers jours de vie de leur enfant.

    Saluons la qualité, hautement professionnelle, du programme mis en place avec la publication de trois livrets  et d’un siteweb - www.programmenourrirlavie.mu – en vue d’informer les futurs parents sur l’importance de trois thèmes

    • Allaitement maternel, Capital Santé pour la vie.
    • Maman mange bien, bébé se porte bien
    • Bien nourrir bébé, c’est l’aider à bien grandir.

    Cette campagne, bien préparée, avec des spots Tv et sur les ondes radio, a pour but de souligner comment l’environnement de l’enfant et surtout son alimentation durant les 1000 premiers jours va avoir un impact sur son capital santé pour le reste de sa vie. D’où les informations de base, magnifiquement illustrées, afin que les parents soient informés des effets à long terme de la malnutrition, que ce soit dans le manque ou le surplus.

    Félicitations à ces professionnels d’avoir pris le temps de se concerter et de travailler ensemble cette campagne qui tombe à point nommé dans notre République. Notre pays a tellement besoin d’un plus grand nombre de bébés. Voilà une forme de mauricianisme qui fait honneur à notre pays et à leur profession.

    Cette campagne s’avère vitale dans la conjoncture actuelle avec les trois constats qui s’imposent de plus en plus dans notre contexte mauricien :

    • pas assez de bébés
    • trop de mort-nés
    • trop de décès des bébés mauriciens dans la première année.

    Les statistiques rendues publiques le 10 mars 2017 par StatisticsMauritius  arrivent à temps pour tirer la sonnette d’alarme et étudier comment réagir face à un problème démographique qui va peser bien lourd sur l’avenir de notre pays. Venons-en aux chiffres et à ce qu’ils soulignent.

    Les naissances en baisse continue

    Total naissances  dans le pays

     

       2008

    2009

    2010

    2011

    2012

                    2013

                    2014

    2015

    2016

    16372 

    15344

    15005                                                                                   

     

    14701

    14494

    13688

    13415

    12738 

    13082

     

    En 2008, 16 372 naissances

    En 2016, 13 082 naissances.

    Il y a certes eu une petite amélioration dans le nombre de naissances de 2015 à 2016 avec 12 330 naissances à Maurice et 752 à Rodrigues, mais ce n’est qu’un mince progrès car le taux des naissances à Maurice est inférieur à celui de pays comme  Singapour et le Royaume-Uni

    Demographic indicators for selected countries, 2015

     

     

    Mid year estimates

    Crude Birth Rate

    Crude Death rate

    Infant mortality

    World

       7 349 500

    20

    8

    n/a

    Mauritius

    1263

    10.1

    7.7

    13.6

    Seychelles

    93

    17.0

    7.5

    n/a

    South Africa

    54,002

    n/a

    n/a

    n/a

    Canada

    35,849

    n/a

    n/a

    n/a

    China

    1371 220

    12.1

    7.1

    n/a

    India

     

    21.0

    6.7

    39.0

    Japan

    126 958

    7.9

    10.2

    n/a

    Singapore

    5 535

    10.8

    5.1

    2.0

    Germany

    81 198

    9.1

    11.4

    n/a

    U.k

    64 875

    12

    9.3

    n/a

     Australia

    23,778

    1.5

    3

    n/a

    Source : UN DemographicYearbook 2015, page 7. Le commentateur précise: « Only Japan and Germany having smaller crude birth rate than Mauritius.”

    De moins en moins de bébés. De plus en plus de personnes âgées. Voilà qui va peser bien lourd dans l’équilibre démographique mauricien, avec des risques d’essoufflementpour l’économie mauricienne privée d’une partie de ses ressources. Des risques de  conflits intergénérationnels sont aussi à prévoir, entre le nombre grandissant de personnes âgées et le nombre rétrécissant de personnes constituant la force de travail.

    Que deviendra notre pays dans quelques années ? Il y a cette autre réalité dont les statistiques internationales viennent de faire état dans l’édition de mars 2017 de la Harvard Business Review: « Maurice : 5e pays au monde le plus affecté par la fuite des cerveaux»

    Comment redresser la barre ? Comment encourager les couples à constituer des familles stables et heureuses pour accueillir un plus grand nombre d’enfants ? Nos écoles se dépeuplent déjà  et certaines se voient obligées de fermer leurs portes… Tant d’autres secteurs vitaux seront ainsi affectés…

    République de Maurice

    Naissances et décès de bébés de moins de 1 an

     

    2015

    2016

    % augmentation

     

    Maurice

    Rodrigues

    Total

    Maurice

    Rodrigues

    Total

     

    Naissances

    12 057

    681

    12 738

    12 330

    752

    13082

    +2.7%

    Enfants mort-nés

    118

    7

    125

    117

    10

    127

    +1.6%

     

    Les mort-nés

    S’il  y a eu 13 082 bébés nés en 2016, il y a aussi eu 117 enfants mort-nés à Maurice et 10 à Rodrigues, ce qui constitue un total de 127 mort-nés dans les hôpitaux et cliniques de la République. Il est à souhaiter que la campagne de GEM porte ses fruits pour mieux informer les parents et réduire les risques de ces accouchements qui se terminent par un échec lourd de regrets et de chagrin.

    Les enfants morts dans leur première année de vie

    Une autre triste réalité est la mort des bébés au cours de leur première année de vie. Il n’est pas question d’accuser soit les parents, soit les services de santé mais de prendre conscience que c’est une réalité à laquelle il faut faire face afin d’en connaitre les causes et voir comment réduire ce taux. Il y  a eu un léger recul du nombre de ces décès d’enfants de moins d’un an: 173 (dont 8 à Rodrigues) en 2015 pour passer à 154 (dont 11 à Rodrigues) en 2016.  Les services de santé, d’une part, et les jeunes Mauriciens, d’autre part, doivent être sensibilisés et motivés pour donner au bébé qui s’annonce toutes les chances d’une saine grossesse et du meilleur environnement pour que nos bébés soient bien encadrés et grandissent dans de bonnes conditions.

    Préparer nos adolescents à être les parents de demain

    Je me permets une suggestion  pour que tout cet excellent travail de GEM touche le maximum de Mauriciens. Que le ministère de l’Éducation et le ministère de la Santé travaillent conjointement et décident de fixer un jour, pourquoi pas au mois de mai, mois de la Fête des Mères, pour que les jeunes des classes terminales prennent pleinement et activement connaissance de ces documents très bien préparés en trois langues par GEM. Nos adolescents seront ainsi mieux préparés à adopter une hygiène de vie  saine (nourriture et boissons appropriées, absence de cigarettes et de drogues) et à se responsabiliser dans leur vie affective. Ils prendront conscience qu’ils sont les parents de demain et que les habitudes acquises pour se garder eux-mêmes en bonne santé seront aussi un plus pour la République de Maurice de demain.

    29/03/2017 Monique DINAN